• Divest Lucy Cavendish College From Fossil Fuels
    Climate change is the most pressing problem of our time and fossil fuel companies cause a significant share of global carbon emissions. Hence, the transition to renewable energy resources is one of the most important steps to keep the global temperature-increase under the 2 degrees limit of the Paris Convention and is closely connected to investment policies. The social and environmental consequences of climate change are unequally distributed across the globe and among individuals. Investments legitimise the activities of fossil fuel companies that are related to complicity in human rights violations and environmental disasters. Divestment of the fossil fuel industry reflects the progressive values that Lucy Cavendish College aims to represent. The Guardian’s recent revelations* expose the influence of the fossil fuel lobby on the University’s decision to reject divestment last year. Lucy Cavendish College can, in accordance with its progressive values, express its disapproval of the collusion between the fossil fuel industry and the University of Cambridge by divesting. Investments in fossil fuel companies are economically unreliable because of volatile share prices. This is because such companies in the fossil fuel industry attract public scrutiny for their complicity in human rights violations and environmental disasters. Further, there is a volatile market-evaluation of natural resources. In the long run, this evaluation is expected to decrease significantly because of more efficient renewable energy sources and a decrease of the profitability of the fossil fuel industry. Divestment is feasible as fossil free funds have been shown to perform on par with or better than conventional investments. * https://www.theguardian.com/education/2019/jan/30/bp-and-bhp-offered-cambridge-university-millions-despite-calls-to-divest
    83 of 100 Signatures
    Created by L. H.
  • Divest The Local Government Pension Fund for NI from Fossil Fuels
    Climate change is the greatest threat facing us today. Air pollution from fossil fuels in NI already contributes to 500 premature deaths annually [1]. A small number of very powerful fossil fuel companies bear most responsibility for the climate crisis we are now facing [2]. The time for action is now! For many people pension funds conjure up ideas of future security. However, the Local Government Pension Scheme for Northern Ireland (LGPS NI) is threatening our future by investing millions in climate wrecking fossil fuel industries. The LGPS NI is used by Northern Irish councils and by a huge number of local employers across Northern Ireland. Meaning, your pension could be fuelling climate change. Not only is this unethical but it is also financially risky [3]. We know that 80% of known fossil fuel reserves must remain unused if we are to avoid runaway climate chaos. Why are we investing in companies actively engaged in exploration for even more fossil fuel reserves? Financial experts, such as the Governor of the Bank of England, Mark Carney, are warning that the vast majority of fossil fuel assets will become ‘unburnable’ – and therefore worthless! Which means that the value of fossil fuel company stocks is likely to fall – and leave unsavvy investors with huge losses. . We want the governing body of LGPS NI, - the Northern Ireland Local Government Officers Superannuation Scheme (NILGOSC) - to agree to completely divest the pension scheme from fossil fuels by 2022. This will protect both our pensions and human lives from the devastating impacts of climate change. References [1] https://www.belfasttelegraph.co.uk/news/northern-ireland/fossil-fuel-pollution-kills-553-people-in-northern-ireland-everyyear-claims-expert-30965875.html. [2] https://www.theguardian.com/sustainable-business/2017/jul/10/100-fossil-fuel-companies-investors-responsible-71-globalemissions-cdp-study-climate-change [3] https://www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-46146866
    115 of 200 Signatures
    Created by V'cenza Cirefice
  • Divest Clare Hall from Fossil Fuels
    We petition Clare Hall to divest because scientific evidence shows that catastrophic environmental breakdowns are imminent if drastic changes are not made very soon. Climate change is a matter of social justice and financial responsibility. Marginalized populations are already and will continue to be disproportionately affected by climate change. Divestment weakens fossil fuel companies’ social legitimacy and sends a message that ‘business-as-usual’ is unacceptable. We petition Clare Hall to recognize the social and financial value of divested portfolios. Fossil free funds have been shown to perform on par with or better than conventional investments. Managers experienced with ESG investing can help make this a feasible and financially responsible path. We support the proposal for divestment to also include targeted investing in businesses that promote sustainable environmental practices and better energy alternatives to fossil fuels. We also petition Clare Hall to divest because we believe that it would align with the College’s history of operating on progressive values, and its stated commitment to improving energy conservation and reducing our carbon footprint. Finally, we petition Clare Hall to divest because it represents an opportunity to join the 988 institutions already committed to divestment globally (combined worth $7.18 trillion), and to show leadership where our university has so far not done so. As more colleges consider taking similar action, we believe that Clare Hall can be a leading, influential voice in the local and international debate on divestment from fossil fuels, as one step in the broader challenge of addressing climate change. For sources and the full policy proposal document contact fossilfreeclarehall@gmail.com
    121 of 200 Signatures
    Created by Clare Hall Fossil Free Picture
  • Stop der öffentlichen Investitionen in fossile Brennstoffe durch die Stadt Würzburg
    Sehr geehrter Herr Schuchardt, Sehr geehrte Mitglieder des Stadtrats, Die Stadt Würzburg hat schon in der Vergangenheit besonderes Engagement im Klimaschutz gezeigt. Dazu gehören das integrierte kommunale Klimaschutzkonzept. Nun hat die Stadt Würzburg wieder die Möglichkeit eine Vorreiterrolle im Klimaschutz einzunehmen. Zum Hintergrund: Der bindende Beschluß der Klimakonferenz in Paris und die Berichte des Weltklimarats sprechen eine deutliche Sprache. Wenn wir den Klimawandel auf unter 2º Celsius begrenzen wollen, darf der Großteil der fossilen Energiereserven wie Kohle, Öl und Gas nicht verbrannt werden. Alles andere würde eine Destabilisierung des Klimas mit katastrophalen Folgen für Mensch und Natur nach sich ziehen. Laut Weltklimarat, müssen Investitionen in fossile Energieträger jährlich um $30 Milliarden reduziert werden, während Investitionen in kohlenstoffarme Energiegewinnung um $147 Milliarden steigen müssen. Außerdem ist damit zu rechnen, dass Unternehmen im fossilen Sektor in den kommenden Jahren stark an Wert verlieren werden, weil sie ihre Rohstoffvorkommen nicht mehr fördern und verkaufen können. Die Finanzwelt spricht von einer Kohlenstoffblase, die kurz davor ist zu platzen. Damit stellen Investitionen in fossile Energien ein hohes finanzielles Risiko dar. Die jüngsten Verluste von RWE und Eon verdeutlichen bereits heute, dass das Geschäftsmodell des fossilen Sektors nicht zukunftsfähig ist. Studien der Internationalen Energieagentur, der Universität Oxford sowie verschiedener Großbanken wie HSBC oder Citi warnen vor Investitionen in diesem Sektor. Überall auf der Welt beginnen daher Städte, Gemeinden, Kirchen, Universitäten, Stiftungen und andere Institutionen ihre Investments aus den 200 größten Kohle-, Erdöl- und Erdgasunternehmen abzuziehen. Ein solches Divestment erreicht zweierlei: Einerseits schützt es vor den Gefahren zukünftiger Wertverluste und sichert so nachhaltig die finanzielle Stabilität Ihrer Stadt. Andererseits entzieht es klimaschädlichen Unternehmen die gesellschaftliche Zustimmung und trägt so zu Wandel bei, der aufgrund der Klimakrise notwendig geworden ist. In den Vereinigten Staaten haben bereits 25 Städte verbindlich beschlossen ihre Anteile an Unternehmen des fossilen Sektors zu verkaufen. Darunter sind Großstädte wie San Francisco oder Seattle. Dagegen steht die Bewegung in Europa noch am Anfang. In den Niederlanden hat sich die Stadt Boxtel Ende 2013 als erste europäische Stadt verbindlich Divestment verschrieben. Würzburg kann nun in Deutschland diese Vorreiterrolle einnehmen und zeigen, dass eine nachhaltige Finanzpolitik mit Rücksicht auf Natur und zukünftige Generationen möglich ist. Die globale Klimakampagne 350.org arbeitet mit Städten, Universitäten, Kirchen und anderen Institutionen in Europa, USA, Australien, Neuseeland, Kanada und Afrika zusammen, um gemeinsam gegen den Klimawandel und für eine lebenswerte Zukunft einzutreten. Mir persönlich ist dieses Anliegen wichtig, weil ich mich nicht nur um eine lebenswerte Zukunft kommender Generationen sorge, sondern auch um meine eigene. Ich hoffe, dass Sie Schritte einleiten, um: Keine neuen Investitionen in fossile Brennstoffe mehr zu tätigen Eigene Anteile an direkten und indirekten Investments innerhalb der nächsten 5 Jahre abzustoßen. Dazu gehören Aktien, Mischfonds, Unternehmensanleihen und sonstiges Kapital das Erdöl-, Erdgas- und Kohleunternehmen beinhaltet. Ich freue mich auf die Zusammenarbeit mit Ihnen und stehe Ihnen für Rückfragen zur Verfügung. Mit freundlichen Grüßen, Florentina Kolb Quellenangaben 1. Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) http://www.ipcc.ch/report/ar5/wg3/ 2. Artikel zum Finanzrisiko Kohlenstoffblase in der Zeit: http://www.zeit.de/2014/08/carbon-bubble-rohstoff-blase 3. Internationale Energieagentur. World Energy Outlook 2012: http://www.iea.org/publications/freepublications/publication/German.pdf 4. Smith School of Enterprise and Environment, Oxford. Stranded Assets Programme http://www.smithschool.ox.ac.uk/research/stranded-assets/ 5. HSBC, Coal and Carbon - Stranded assets: Assessing the risks https://www.research.hsbc.com/midas/Res/RDV?p=pdf&key=dXwE9bC8qs&n=333473.PDF 6. http://www.theguardian.com/environment/2013/apr/19/carbon-bubble-financial-crash-crisis 7. Liste der Top 200 Kohle-, Erdöl-, Erdgasunternehmen weltweit: https://docs.google.com/a/350.org/spreadsheets/d/1an9qOSE2uG4XuzeA4ltUVadDawheTWdJGKRpU5ayCJk/pubhtml 8. Eine Liste der Städte, Universitäten, Kirchen und anderer Institutionen die sich Divestment verschrieben haben: http://gofossilfree.org/commitments/
    18 of 100 Signatures
    Created by Florentina Kolb
  • Divest Frederick from Fossil Fuels!
    Our local government has a responsibility to divest from an industry that’s destroying our future, and reinvest in solutions to climate change. We can not count on the federal government, even as extreme weather events like the record rain fall in the Duluth area last Spring overwhelm local budgets. We have the solutions, but we won’t see any political progress on the issue until we can weaken the power of the fossil fuel industry. The bottom line is this: divestment is the only moral choice for governments that care about their citizens. Solving the climate crisis is the only practical choice for governments that care about their solvency. It's time to divest from fossil fuels now!
    7 of 100 Signatures
    Created by Charlotte Wood
  • Stop aux investissements de la ville de Bordeaux dans les énergies fossiles
    Considérant que les engagements pris dans l'accord de Paris adopté à l'issu de la COP21, par lequel la communauté internationale s'est engagé à maintenir le réchauffement climatique « bien en-deçà de 2°C » ; Considérant que l'Assemblée nationale a adopté, le 25 novembre dernier, une résolution pour une société bas carbone, dans laquelle elle « "encourage les investisseurs institutionnels, les entreprises, notamment celles dont l’État est actionnaire, et les collectivités territoriales à cesser d’investir dans les énergies fossiles et notamment dans le charbon » ; Considérant que, dans son rapport « Unburnable carbon », la Carbon Tracker Initiative montre que les entreprises du secteur fossile exploitent actuellement ou s'apprêtent à exploiter des réserves de charbon, de gaz et de pétrole représentant 2,795 gigatonnes d'émissions potentielles de CO2, soit cinq fois ce que nous pouvons émettre pour maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C ; Considérant que des travaux récemment publiés par la revue Nature ont montré que l'ensemble des combustibles fossiles présents dans le sous-sol, qu'il s'agisse de gisements exploités, en passe d'être exploités, ou simplement identifiés, représentent 11 000 gigatonnes d'émissions potentielles de C02, soit vingt fois ce que nous pouvons émettre si nous souhaitons pouvoir maintenir le réchauffement climatique sous cette barre des 2°C ; Considérant la campagne lancée il y a trois ans par le mouvement 350.org de « désinvestissement du secteur fossile », qui se fonde sur le constat que certaines institutions encouragent le réchauffement climatique en détenant des investissements directs dans des entreprises du secteur des énergies fossiles, et encourage les institutions à initier une stratégie d’investissement socialement et écologiquement responsable et pour ainsi agir en faveur du climat ; Considérant que les entreprises ciblées dans le cadre de cette campagne sont toutes celles qui appartiennent à la liste des 200 entreprises qui possèdent les plus grandes réserves de charbon, de gaz et de pétrole, autrement dit qui représentent les principales sources d'émissions de CO2 à venir, telles que listées par la « Carbon tracker initiative » ; Considérant que pour réellement initier ce changement souhaité deux principaux acteurs sont prioritairement à convaincre : les fonds de pension et les banques, qui gèrent des portefeuilles d’investissement très importants ; Considérant que plus de 500 villes, universités, musées et autres institutions se sont d’ores et déjà engagées dans cette démarche, à l’image des villes de San Francisco et Seattle ou encore de l’université de Stanford, du Fonds souverain de Norvège, de la fondation Rockefeller Brothers, rejointes par la ville de Paris par 34 collectivités locales françaises (parmi lesquelles les villes de Paris, Lille et Bordeaux, les régions Ile de France et Rhône-Alpes-Auvergne) ; Considérant que la ville de Bordeaux a la responsabilité de protéger la vie et l'environnement de ses habitants des conséquences du changement climatique, cette demande de stopper les investissements dans les énergies fossiles est tout à fait légitime. Cette pétition est lancée dans le contexte de la journée internationale du Climat du 8 septembre 2018, plus d'informations sont disponibles sur https://fr.riseforclimate.org/
    89 of 100 Signatures
    Created by Il Est Encore Temps Bordeaux
  • Amiens dit STOP aux investissements dans les énergies fossiles
    Considérant que les engagements pris dans l'accord de Paris adopté à l'issu de la COP21, par lequel la communauté internationale s'est engagée à maintenir le réchauffement climatique « bien en-deçà de 2°C » ; Considérant que l'Assemblée nationale a adopté, le 25 novembre dernier, une résolution pour une société bas carbone, dans laquelle elle «encourage les investisseurs institutionnels, les entreprises, notamment celles dont l’État est actionnaire, et les collectivités territoriales à cesser d’investir dans les énergies fossiles et notamment dans le charbon » ; Considérant que, dans son rapport « Unburnable carbon », la Carbon Tracker Initiative montre que les entreprises du secteur fossile exploitent actuellement ou s'apprêtent à exploiter des réserves de charbon, de gaz et de pétrole représentant 2,795 gigatonnes d'émissions potentielles de CO2, soit cinq fois ce que nous pouvons émettre pour maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C ; Considérant que des travaux récemment publiés par la revue Nature ont montré que l'ensemble des combustibles fossiles présents dans le sous-sol, qu'il s'agisse de gisements exploités, en passe d'être exploités, ou simplement identifiés, représentent 11 000 gigatonnes d'émissions potentielles de C02, soit vingt fois ce que nous pouvons émettre si nous souhaitons pouvoir maintenir le réchauffement climatique sous cette barre des 2°C ; Considérant la campagne lancée il y a trois ans par le mouvement 350.org de « désinvestissement du secteur fossile », qui se fonde sur le constat que certaines institutions encouragent le réchauffement climatique en détenant des investissements directs dans des entreprises du secteur des énergies fossiles, et encourage les institutions à initier une stratégie d’investissement socialement et écologiquement responsable et pour ainsi agir en faveur du climat ; Considérant que les entreprises ciblées dans le cadre de cette campagne sont toutes celles qui appartiennent à la liste des 200 entreprises qui possèdent les plus grandes réserves de charbon, de gaz et de pétrole, autrement dit qui représentent les principales sources d'émissions de CO2 à venir, telles que listées par la « Carbon tracker initiative » ; Considérant que pour réellement initier ce changement souhaité deux principaux acteurs sont prioritairement à convaincre : les fonds de pension et les banques, qui gèrent des portefeuilles d’investissement très importants ; Considérant que les caisses de retraites de la fonction publique (Ircantec, Erafp, Cnrac) ainsi que le Fonds de réserve pour les retraites détiennent plusieurs milliards d'actions et obligations émises par ces entreprises ; Considérant que plus de 500 villes, universités, musées et autres institutions se sont d’ores et déjà engagées dans cette démarche, à l’image des villes de San Francisco et Seattle ou encore de l’université de Stanford, du Fonds souverain de Norvège, de la fondation Rockefeller Brothers, rejointes par la ville de Paris par 34 collectivités locales françaises (parmi lesquelles les villes de Paris, Lille et Bordeaux, les régions Ile de France et Rhône-Alpes-Auvergne) ; Considérant que la ville d'Amiens a la responsabilité de protéger la vie et l'environnement de ses habitants des conséquences du changement climatique, cette demande de stopper les investissements dans les énergies fossiles est tout à fait légitime. Cette pétition est lancée dans le contexte de la 2éme marche pour le Climat, le 13 octobre 2018, plus d'informations sont disponibles sur https://france.zerofossile.org/
    33 of 100 Signatures
    Created by Unis pour le Climat > Amiens
  • Divest Birkbeck
    Investment in fossil fuel industries drives fossil fuel consumption and its negative social and environmental impacts. Burning coal, oil, and gas release CO2 and other greenhouse gases into the atmosphere, both warming and polluting the planet. According to the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), if the status quo continues, the planet could warm by almost 5°C by 2100. This would have a catastrophic impact on human life. It would mean that our planet bears little resemblance to the one in which “civilization developed and to which life on Earth is adapted”, as James Hansen, a top climate scientist at NASA, put it. The second reason is that investment in these companies gives implicit support to their activities. It is a matter of social justice and duty that the University withdraw its investments in companies that actively contribute to global warming, the burden of which is being felt disproportionately by the world’s poorest countries, who are contributing least to climate change. Not only does this exacerbate global poverty, but it also perpetuates further social inequality between the global South and the global North. Divestment from fossil fuel firms will help remove fossil fuel companies’ social license to exploit the world's most impoverished nations. The third reason is that investment in fossil fuel companies runs contrary to the University’s environmental priorities. The University is pledging to reduce carbon emissions and embed sustainability into its business model and institutions' culture. It intends to be fully compliant with environmental legislation and promote environmental responsibility. On this basis and in light of the Paris agreement, we believe that we must act to help avert irreversible damage to ecosystems and life on earth. Fossil fuel companies are now subject to regulations aimed at preventing climate change. Recent research has shown that, if regulators are serious about mitigating climate change, a third of global oil reserves, half of all gas reserves, and over 80% of coal reserves will have to remain in the ground to limit global warming to 2ºC. This means fossil fuel firms would have to massively write down the value of assets on their balance sheets, leading to huge and sustained destruction in shareholder value. By divesting from fossil fuels, the University will join a long list of respected institutions already committed to going fossil free, which include over 50% of all UK universities (https://sustainability.nus.org.uk/divest-investold/articles/over-50-of-uk-universities-divest-from-fossil-fuels), including Goldsmiths, Bath Spa University, Manchester University, Oxford City Council, Trinity College, the World Council of Churches, and the Rockefeller Brothers Fund. The global divestment campaign is growing, and together we can make a statement about how we want our future to look. We urge all students, alumni, staff and members of the public to sign the petition to support the divestment campaign at Birkbeck, and an end to social and environmental devastation. _________________________________ NOTE: This petition was updated on 25 February 2021 to reflect the latest available investment figures disclosed by Birkbeck in January 2021.
    405 of 500 Signatures
    Created by Suzanne Henry
  • Vœu pour un engagement de Vannes contre les investissements contribuant au changement climatique
    Considérant que les engagements pris dans l'accord de Paris adopté à l'issu de la COP21, par lequel la communauté internationale s'est engagé à maintenir le réchauffement climatique « bien en-deçà de 2°C » ; Considérant que l'Assemblée nationale a adopté, le 25 novembre dernier, une résolution pour une société bas carbone, dans laquelle elle « "encourageant les investisseurs institutionnels, les entreprises, notamment celles dont l’État est actionnaire, et les collectivités territoriales à cesser d’investir dans les énergies fossiles et notamment dans le charbon » ; Considérant que, dans son rapport « Unburnable carbon », la Carbon Tracker Initiative montre que les entreprises du secteur fossile exploitent actuellement ou s'apprêtent à exploiter des réserves de charbon, de gaz et de pétrole représentant 2,795 gigatonnes d'émissions potentielles de CO2, soit cinq fois ce que nous pouvons émettre si nous souhaitons pouvoir maintenir le réchauffement sous cette barre des 2°C ; Considérant que des travaux récemment publiés par la revue Nature ont montré que l'ensemble des combustibles fossiles présents dans le sous-sol, qu'il s'agisse de gisements exploités, en passe d'être exploités, ou simplement identifiés, représentent 11 000 gigatonnes d'émissions potentielles de C02, soit vingt fois ce que nous pouvons émettre si nous souhaitons pouvoir maintenir le réchauffement climatique sous cette barre des 2°C ; Considérant la campagne lancée il y a trois ans par le mouvement 350.org de « désinvestissement du secteur fossile », qui se fonde sur le constat que certaines institutions encouragent le réchauffement climatique en détenant des investissements directs dans des entreprises du secteur des énergies fossiles, et encourage les institutions à initier une stratégie d’investissement socialement et écologiquement responsable et pour ainsi agir en faveur du climat ; Considérant que les entreprises ciblées dans le cadre de cette campagne sont toutes celles qui appartiennent à la liste des 200 entreprises qui possèdent les plus grandes réserves de charbon, de gaz et de pétrole, autrement dit qui représentent les principales sources d'émissions de CO2 à venir, telles que listées par la « Carbon tracker initiative » ; Considérant que pour réellement initier ce changement souhaité deux principaux acteurs sont prioritairement à convaincre : les fonds de pension et les banques, qui gèrent des portefeuilles d’investissement très importants ; Considérant que les caisses de retraites de la fonction publique (Ircantec, Erafp, Cnrac) ainsi que le Fonds de réserve pour les retraites détiennent plusieurs milliards d'actions et obligations émises par ces entreprises ; Considérant que plus de 500 villes, universités, musées et autres institutions se sont d’ores et déjà engagées dans cette démarche, à l’image des villes de San Francisco et Seattle ou encore de l’université de Stanford, du Fonds souverain de Norvège, de la fondation Rockefeller Brothers, rejointes par la ville de Paris par 34 collectivités locales françaises (parmi lesquelles les villes de Paris, Lille et Bordeaux, les régions Ile de France et Rhône-Alpes-Auvergne) ; Considérant que Vannes a la responsabilité de protéger la vie et l'environnement de ses habitants des conséquences du changement climatique ;
    37 of 100 Signatures
    Created by Karine GL
  • Stop aux investissements de la ville de Montpellier dans les énergies fossiles
    Considérant que les engagements pris dans l'accord de Paris adopté à l'issu de la COP21, par lequel la communauté internationale s'est engagé à maintenir le réchauffement climatique « bien en-deçà de 2°C » ; Considérant que l'Assemblée nationale a adopté, le 25 novembre dernier, une résolution pour une société bas carbone, dans laquelle elle « "encourage[] les investisseurs institutionnels, les entreprises, notamment celles dont l’État est actionnaire, et les collectivités territoriales à cesser d’investir dans les énergies fossiles et notamment dans le charbon » ; Considérant que, dans son rapport « Unburnable carbon », la Carbon Tracker Initiative montre que les entreprises du secteur fossile exploitent actuellement ou s'apprêtent à exploiter des réserves de charbon, de gaz et de pétrole représentant 2,795 gigatonnes d'émissions potentielles de CO2, soit cinq fois ce que nous pouvons émettre pour maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C ; Considérant que des travaux récemment publiés par la revue Nature ont montré que l'ensemble des combustibles fossiles présents dans le sous-sol, qu'il s'agisse de gisements exploités, en passe d'être exploités, ou simplement identifiés, représentent 11 000 gigatonnes d'émissions potentielles de C02, soit vingt fois ce que nous pouvons émettre si nous souhaitons pouvoir maintenir le réchauffement climatique sous cette barre des 2°C ; Considérant la campagne lancée il y a trois ans par le mouvement 350.org de « désinvestissement du secteur fossile », qui se fonde sur le constat que certaines institutions encouragent le réchauffement climatique en détenant des investissements directs dans des entreprises du secteur des énergies fossiles, et encourage les institutions à initier une stratégie d’investissement socialement et écologiquement responsable et pour ainsi agir en faveur du climat ; Considérant que les entreprises ciblées dans le cadre de cette campagne sont toutes celles qui appartiennent à la liste des 200 entreprises qui possèdent les plus grandes réserves de charbon, de gaz et de pétrole, autrement dit qui représentent les principales sources d'émissions de CO2 à venir, telles que listées par la « Carbon tracker initiative » ; Considérant que pour réellement initier ce changement souhaité deux principaux acteurs sont prioritairement à convaincre : les fonds de pension et les banques, qui gèrent des portefeuilles d’investissement très importants ; Considérant que les caisses de retraites de la fonction publique (Ircantec, Erafp, Cnrac) ainsi que le Fonds de réserve pour les retraites détiennent plusieurs milliards d'actions et obligations émises par ces entreprises ; Considérant que plus de 500 villes, universités, musées et autres institutions se sont d’ores et déjà engagées dans cette démarche, à l’image des villes de San Francisco et Seattle ou encore de l’université de Stanford, du Fonds souverain de Norvège, de la fondation Rockefeller Brothers, rejointes par la ville de Paris par 34 collectivités locales françaises (parmi lesquelles les villes de Paris, Lille et Bordeaux, les régions Ile de France et Rhône-Alpes-Auvergne) ; Considérant que la ville de Montpellier a la responsabilité de protéger la vie et l'environnement de ses habitants des conséquences du changement climatique, cette demande de stopper les investissements dans les énergies fossiles est tout à fait légitime. Cette pétition est lancée dans le contexte de la journée internationale du Climat du 8 septembre 2018, plus d'informations sont disponibles sur https://fr.riseforclimate.org/
    1,884 of 2,000 Signatures
    Created by Collectif Zéro Fossile Picture
  • Voeu pour que la Métropole de Lyon s'engage pour le désinvestissement des énergies fossiles
    La Métropole de Lyon doit s’associer pleinement à la campagne de « désinvestissement des énergies fossiles » désormais mondialement connue et initiée par le mouvement « 350.org », celle-ci étant relayée par de nombreuses associations dans le monde entier dont le Center for International Environmental Law, Greenpeace, France Nature Environnement, Réseau Action Climat et Notre affaire à tous. Partant du constat que certaines organisations favorisent le dérèglement climatique et la raréfaction des ressources en détenant des investissements directs dans des entreprises du secteur des énergies fossiles, cett campagne a encouragé l’organisation d'actions visant à inciter nos institutions à initier une stratégie d’investissement socialement et écologiquement responsable. Les combustibles fossiles sont la première cause du dérèglement climatique et représentent 80% des émissions mondiales de C02 et 67% des émissions de gaz à effet de serre. En incitant le retrait des participations et placements financiers dans les énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), ce mouvement de désinvestissement entend rediriger ces capitaux vers la production d’énergies renouvelables. Le désinvestissement des énergies fossiles est donc une absolue nécessité. En effet, selon une étude de l’University College de Londres, il faudra renoncer à exploiter un tiers des réserves de pétrole, la moitié de celles de gaz et 82% de celles du charbon pour rester sous la barre d’une augmentation de la température moyenne de la planète de 2°C d’ici à 2100. Pour l’heure, plus de 800 villes, universités, musées et autres institutions à travers le monde, détenant un total de plus de 6 000 milliards de dollars d’actifs, ont pris part à cette campagne, à l’image des villes de New York et de San Francisco ou encore de l’université de Stanford, du Fonds souverain de Norvège, de la fondation Rockefeller Brothers, de la ville de Paris, elle-même rejointe par 34 collectivités locales françaises (parmi lesquelles les villes de Lille et de Bordeaux, la région Île-de-France, et le 1er arrondissement de la ville de Lyon). Cette vague de désinvestissement connaît une dynamique à laquelle la Métropole de Lyon doit prendre toute sa part, alors que nous avons la responsabilité de protéger la vie et l’environnement de tout.e.s les habitant.e.s de la Métropole de Lyon des conséquences du dérèglement climatique. La Métropole de Lyon doit saisir toutes les opportunités pour s’engager plus avant dans la transition énergétique de son territoire: la résilience énergétique suppose sobriété énergétique, efficacité énergétique et énergies renouvelables. C’est donc dans les rénovations énergétiques du bâti existant, dans le déploiement accru des énergies renouvelables et de récupération qu’il faut investir massivement — et non plus dans les énergies fossiles. C’est vers là que doivent être orientés les fonds qui seront dégagés par ce désinvestissement. Une « entreprise du secteur fossile » est définie comme toute entreprise appartenant à la liste des 200 entreprises qui possèdent les plus grandes réserves de charbon, de gaz et de pétrole, telles que listées par la « Carbon tracker initiative ». ll y a deux acteurs principaux à convaincre pour initier un changement au niveau de la Métropole : les fonds institutionnels et les banques. Gérés par la Caisse des Dépôts et Consignations, il y a différents systèmes de retraite dans lesquels cotisent les différents fonctionnaires, agents contractuels ou élus de la Métropole de Lyon. Nous pouvons notamment citer le RAFPR (Régime de retraite additionnelle de la Fonction Publique) ou encore l’IRCANTEC (Caisse de retraite complémentaire obligatoire des agents contractuels). Bien qu‘affichant souvent des stratégies d’investissement « socialement responsable et prenant en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance », ces différents fonds et caisses de retraite ont encore des actifs financiers dans des secteurs et des entreprises contribuant au dérèglement climatique. ll est donc crucial que ces fonds et caisses s’unissent à cette démarche de désinvestissement en se séparant de leurs participations et placements financiers qu’ils pourraient avoir dans les énergies fossiles. Source : Rapport de l'Observatoire des Multinationales et de 350.org "La Caisse des dépôts et consignations, financeur public des énergies du passé".
    570 of 600 Signatures
    Created by Comite du 5 mai Lyon
  • Schützen Sie unsere Ozeane vor Offshore-Bohrungen
    Kein Verschütten. Kein Töten. Kein Bohren mehr. Das Weiße Haus veröffentlichte Anfang Januar einen Entwurf, um die Offshore-Bohrungen im Jahr 2019 dramatisch auszuweiten. Die Trump-Regierung versucht, fast alle Bundesgewässer für potenzielle Öl- und Gasbohrmietverträge zu öffnen. Es ist ein großer Fehler. Und wir brauchen Sie, um dem Chor der Ozeanliebhaber in der ganzen Nation beizutreten, die sich dafür einsetzen, Sonderinteressen durch die Zerstörung unserer Küsten zu stoppen. Bitte machen Sie Ihre Stimme, bevor dieser gefährliche Vorschlag unsere Realität wird. Öl und Wasser vermischen sich nicht, wie jüngste Verschüttungen zeigen. Und die Bemühungen zur Förderung fossiler Brennstoffe verursachen weiterhin extreme wirtschaftliche Schäden. Im Jahr 1969 pumpte ein Brunnen vor der Küste von Santa Barbara fast 4 Millionen Gallonen Rohöl in den Pazifik und an die Strände von Südkalifornien. Seitdem haben lokale Gesetzgeber und die Öffentlichkeit in Kalifornien unermüdlich daran gearbeitet, zu verhindern, dass Lecks und Lecks unsere Umwelt und die 18 Milliarden US-Dollar teure Küstenwirtschaft ruinieren, indem sie neue Öl- und Gasbohrmieten Offshore in Bundesgewässern zurückweisen. Eine geplatzte Pipeline spuckte 2015 über 100.000 Gallonen Rohöl auf die biologisch vielfältige und unberührte Gaviota Coast, westlich von Refugio State Beach in der Nähe von Santa Barbara, Kalifornien, mit geschätzten 21.000 Gallonen bis zum Wasser. Der Refugio-Spill tötete Hunderte von Meereslebewesen, schloss wochenlang beliebte Strände und schloss die Fischerei für 138 Quadratmeilen, was die kommerziellen und Freizeitangler der Gegend schwer traf. Die katastrophale Explosion und Verschüttung der Deepwater Horizon hat 11 Menschenleben gefordert und 2010 im Golf von Mexiko Schäden von mehr als 17 Milliarden Dollar verursacht. Lasst uns kein weiteres Desaster riskieren. Jetzt ist NICHT die Zeit, Sicherheitsstandards zurückzusetzen und hart umkämpfte Schutzmaßnahmen aufzugeben. Vertreter aus Kalifornien haben Maßnahmen ergriffen, um sicherzustellen, dass unsere Staatsgewässer nicht bis zu drei Meilen vor der Küste vordringen. Gewählte Beamte aus anderen Staaten, einschließlich Oregon, Washington, Florida, New York, New Jersey, Massachusetts, Connecticut, Rhode Island, New Hampshire, Delaware, Maryland, Virginia, North Carolina und South Carolina haben auch starken Widerstand gegen Offshore-Bohrungen in Bundesgesetzen laut Wasser, das als Angriff auf die jeweilige lokale Wirtschaft, Souveränität und unsere unschätzbaren natürlichen Ressourcen angesehen wird. Wir müssen uns nicht zwischen einer geschäftigen Volkswirtschaft und sauberen, sicheren und gesunden lokalen Umgebungen entscheiden. Wir können beides haben. Der Erfolg von Meeresschutzgebieten entlang der kalifornischen Küste beweist, dass intelligente Investitionen, die unsere Umwelt schützen, der Fischerei und dem Tourismus zugute kommen und gleichzeitig ökologische Lebensräume erhalten bleiben. Die Trump-Regierung ignoriert den Willen des Volkes und geht jetzt einseitig auf Kosten der Umwelt zugunsten der Industrie vor. Wir können es nicht zulassen. Grüße https://www.petsexpert.ch
    14 of 100 Signatures
    Created by Vinceslav Digriz Picture